Je crois que je me suis tellement éloignée de MAO en 2013 par peur de m’y perdre que c’est plutôt elle que j’ai perdue cette année. MAO, ma passion, ma raison de vivre. Pour tout vous dire, elle et moi, on a failli casser.

L’année avait commencée comme la précédente avait finie : avec des photos de chats. Ninja d’ailleurs a probablement été le plus gros hit de 2014. (Le monde aime ben ça des chats, tsé.)

Je me suis lancée dans un défi 52 appelé LUZ qui devait se concentrer sur la lumière et le noir et blanc. C’était bien sûr pour tenter d’être meilleur dans ce qu’on est moins bon mais c’était aussi pour essayer de renouer avec MAO. On commençait déjà à ne plus se faire ben ben de fun ensemble. À part le fait que j’ai réussi à trouver mon style dans le noir et blanc, le défi en tant que tel était plate à mourir.

On ne cessait de s’obstiner sur de vieilles histoires datant de l’année d’avant. Puis, juste avant le printemps, POW ! Sans avertir, MAO me quitte : mon disque dur lâche et emporte avec elle toute ma photographie de ces 5 dernières années. Je capoOote ! (Inutile de vous dire que le projet LUZ a pris le bord assez vite.)

Je braillais comme une Madeleine même si je savais que c’était inévitable et que c’était pour le mieux peut-être… mais était-ce vraiment la fin ? Étonnamment, à part pour 1 ou 2 photo non-éditées encore, je me foutais totalement de toutes ces prises qui n’avaient pas encore vues le jour. J’avais full nostalgie uniquement pour celles que j’avais menées à terme : mes premières maladresses photoshop, mes souvenirs de vacances, cette fameuse nuit blanche… C’est comme si soudainement tout ça n’avait été qu’un rêve, un gros rêve qui a duré 5 ans.

Ça m’a secouée mais ça m’a aussi réveillée. Tsé, quand tu commences, tu shoots n’importe quoi, ce n’est pas grave. En autant que tu shoots parce que tu ne sais pas vraiment shooter et la seule façon de l’apprendre… c’est de shooter. T’entends ? Sauf que je commençais à trouver mes photos plates. C’est ben beau, c’est sharp, so what ?

Bref, quand tu commences un peu à pogner le tour, ça ne marche plus de shooter n’importe quoi. Tu le sais là comment marcher pis tu cours comme une poule pas de tête. Sais-tu au moins où tu t’en vas ? Ben justement, non. J’en ai gros à apprendre sur la technique encore mais je suis rendue à ce point où je dois réfléchir au contenu, au style, au point de vue… à qu’est-ce que je veux raconter.

C’est là que le téléphone a sonné : mon frère avait ressuscité MAO. Fake, on a repris. On s’était tellement manqué que c’était presque comme quand on s’était rencontré la première fois. C’est là qu’un autre gros hit 2014 s’est retrouvé sur les internets : Run!, How I met your Mother et Intersection.

Sauf qu’on a vite retombé dans nos mêmes patterns et on a décidé de prendre un break pour l’été. MAO était devenue une machine, un brand et je ne pouvais plus la suivre. On ne s’est pas donné d’ultimatum. J’avais juste besoin d’être seule, un moment. Ça aura été la meilleure chose qui aurait pu nous arriver.

Ce fut au tour de MAO d’avoir son wake up call. Veux-veux pas, la routine du networking, du je-te-suis-si-tu-me-suis, du je-te-like-si-tu-me-like vide de sens et de la publication quotidienne parano par peur de perdre l’intérêt du monde, ça fait pas mal de noise dans la tête. En brisant ça, j’ai juste enjoyé le silence.

Puis peu à peu, l’inspiration est venue toute seule. MAO et moi, on fait un retour avec un tout nouveau site, une toute nouvelle série ALIENATION et une spécialisation : du Street, du Conceptuel et des chats (parce qu’on aime ben ça des chats, tsé). On repart comme à neuf. Fini  les vieux patterns.

La vie étant ce qu’elle est, j’ai été forcé de commercialiser MAO avec une toute nouvelle boutique sur Society 6. C’est maintenant possible d’avoir un MAO sur son mur. Je suis loin de pouvoir me sortir de la marde en vendant 1 ou 2 t-shirts mais ce sera au moins ça. J’ai même fait un calendrier sur Lulu si ça vous intéresse !

Bref, c’est comme ça que mon année s’est terminée. Je ne sais pas trop comment sera 2015 mais je sais que je devrai passer au mode actif plutôt que passif. Si tu n’aimes pas où tu es, crée ton propre monde, je me dis. (Ça sonne comme si je me prenais pour Dieu ou genre ça sonnerait vraiment weird si j’étais schizo mais bon, vous comprenez ce que je voulais dire…)

Un gros merci de me suivre et je vous souhaite à tous une bonne année 2015 !